JDPP bureau inverseUn calendrier bien chargé...

Par Jacques de Panisse Passis

Président du Directoire, Gérant et Associé

 

L’été, plutôt agité, a confirmé le grand paradoxe qui explique la volatilité des marchés financiers. Prenons un peu de recul. Le cycle économique connait des phases d’expansion qui conduisent naturellement à des hausses de salaires et de prix, suivies de phases d’essoufflement liées au surinvestissement. Traditionnellement, les banques centrales interviennent pour freiner l’emballement en remontant les taux d’intérêt lorsque l’inflation accélère puis en baissant les taux d’intérêt lorsque le ralentissement de l’économie se confirme et qu’il est souhaitable de stimuler l’activité.
Depuis la grande crise financière de 2008, les banques centrales ont décidé d’agir par anticipation en baissant systématiquement les taux d’intérêt, pour oxygéner en abondance l’économie et favoriser les Etats surendettés. En achetant massivement les dettes sur le marché, elles ont déconnecté le niveau des taux d’intérêt de la réalité économique. Les indicateurs de croissance et d’inflation, fortement perturbés par le niveau artificiel des taux, semblent avoir perdu leur signification habituelle et ne permettent plus de suivre le déroulement du cycle économique.

Lire la suite...

JDPP bureau inverseEntre deux capitalismes...

Par Jacques de Panisse Passis

Président du Directoire, Gérant et Associé

 

La Chine est dirigée par un gouvernement qui dispose de tous les leviers pour piloter le pays.

Lorsque Washington sanctionne les exportations chinoises, l’Etat chinois contourne l’obstacle en transitant par le Vietnam ; lorsque la croissance s’essouffle, l’Etat chinois modifie la fiscalité pour relancer la consommation ; lorsque la compétitivité des produits chinois à l’export est mise à mal par des taxes douanières, l’Etat chinois pilote la dépréciation de sa devise. La mise en œuvre est rapide et l’ensemble des décisions s’intègre dans un schéma d’ensemble cohérent et efficace. Pour disposer des mêmes atouts que son adversaire chinois, l’exécutif américain va s’efforcer de concentrer un maximum de pouvoirs. La soumission progressive de la FED n’en est qu’une illustration.

Lire la suite...

JDPP 02 07 18 2 Recadre 4bb8bPrincipe de précaution...

Par Jacques de Panisse Passis

Président du Directoire, Gérant et Associé

 

Les espoirs qui ont porté la reprise des marchés financiers depuis le début de l’année reposaient sur un accord sino-américain imminent, une politique accommodante des banques centrales, un redémarrage de l’économie chinoise et un maintien des cours du baril de pétrole autour de 50 dollars, susceptible d’accompagner une reprise de la consommation mondiale. Ces anticipations ont réveillé l’intérêt pour les actifs risqués au cours des quatre premiers mois de 2019. Fin avril, presque tous les indices d’actions avaient effacé la correction du 4ème trimestre 2018.

Lire la suite...